Black Uhuru a été un des ces rares groupes Jamaïcains qui ont réussi à percer le circuit international des tournées et à leur sommets on les voyait chaque année à l’affiche avec comme épine dorsale le duo bass/batterie Sly Dunbar et Robbie Shakespeare. Ce morceau est un de leurs standards en concert et fait partie des morceaux les plus connus du groupe, cependant en France c’est pas sur que tout le monde comprenne le fond du message. Même pour les anglophones il y a des mots utilisés dans un sens jamaïcain qui rendent la compréhension difficile et on peut, comme je l’ai fait pendant des années, faire une mauvaise interprétation du sens du morceau du à quelques mots mal compris. Le thème est polémique ici dans les pays occidentaux où, il y a quelques décennies suite a un mouvement de libération de femmes et de la sexualité, l’avortement est sorti de la clandestinité et est devenu légal dans la plupart des pays qui se disent "avancés". Cela dit cette acceptation a été très difficile ici et les mouvements traditionalistes et religieux s’y sont fortement opposés et continuent de s’y opposer aujourd’hui. En Jamaïque, où la place du Sacré et du religieux est encore prépondérante, l’avis populaire est le même qu’il été ici en France avant les années 60: "l’avortement c’est un meurtre". Et lorsque Michael Rose dit "il faut faire attention" il faut comprendre "il ne faut pas faire ça"...


A chacun de se faire son idée...

Meurtre au premier degrés

Avortement, avortement, il faut faire attention
Avortement, avortement, il faut faire attention

 

Je me souviens de cette nuit où nous étions ensemble
Partageant l’amour de Jah l’un avec l’autre
Ces nuits je ne peux les oublier
Seigneur, comment j’ai transpiré

Avortement, avortement, il faut faire attention

Du fait de l ‘action du contraceptif
Un vaisseau sanguin a explosé dans son cerveau
Oh quel dommage, oh quelle difficulté
De voir la vie de mes sœurs noires se perdre vainement

Avortement, avortement, il faut faire attention
Avortement, avortement, il faut faire attention

La Femme a été créé a partir de la côte d’un Homme
Pour se multiplier et non pour diviser
Alors laisse de coté tes pilules et tes activités excitantes
Et ce monde de sodomie ( NDT pas littéralement mais dans le sens de contraire a la droiture )
Femme, ne montrant envers toi même aucune sympathie

Avortement, avortement, il faut faire attention


Ou bien inutile de me fréquenter
Il faut faire attention
Avortement, avortement, il faut faire attention

Je dis jette les préservatifs
Je veux mon petit garçon
Je dis jette les capotes
J’ai besoin de ma petite fille

Femme n’a tu pas de sentiments ?
Femme n’a tu pas de sentiments ?
Femme tu as des sentiments !


Tu est lumineuse comme une étoile!
Si tu ne le sais pas, il faut que tu le saches!

Abortion

ENGLISH PATOIS :

First degree murder

Abortion, abortion, you got to have caution
Abortion, abortion, you got to have caution

I remember that night we were together
Sharing Jah love with one another
Those nights I can’t forget
Lord knows I did sweat

Abortion, abortion, you got to have caution
You got to have caution

Due a minor strain of contraceptive
Blood vessel bursts in their brain
Oh what a shame! Oh what a strain!
To see my black sisters going down the drain

Abortion, abortion, you got to have caution
Abortion, abortion, you got to have caution

A woman was made from the rib of a man
To multiply and not to divide
So leave your pills and thrills
And your world of sodomy
Show unto yourself woman no sympathy

Abortion, abortion, you got to have caution


Or else don’t deal with I!


You got to have caution
Abortion, abortion, you got to have caution

I say throw away the boots
And I want my little youth
Throw away the purse
And I need my little girl, oh, oh

Woman! Don’t you got feelings?
Woman! Don’t you got feelings?
Woman! You got feelings!


You’re bright like a star!
You better know whether you do believe or not

© Translation & Traduction JAMES DANINO

Notes de traduction:

-boots : utilisé ici de manière argotique pour parler de préservatif
-purse : un réceptacle, a noter qu ‘il y avait aussi de petit porte monnaies pour femme qu’on appelait les "pum pum purse" à cause de leur ressemblance avec un vagin.. en tout cas ici l utilisation du mot est faite pour dire de ne pas empêcher le sperme d’entrer dans le vagin et donc d empêcher la vie.