Barrington Levy est un de ces artistes à la voix unique qui est capable de trouver des mélodies et des phrases qui restent en tête et c’est peut être là la clef de son succès ! En France et dans beaucoup de pays du monde on a une image rêvée de la Jamaïque, un endroit peace and love où les rastas sont souriants et fument de gros joints sur des plages paradisiaques en hochant de la tête sur un bon reggae qui sort de la radio. Si certaines de ses images ont une base dans la réalité, le coté peace and love est vraiment à l’opposé du quotidien des habitants depuis les années 60.

Meurtrier ! Meurtrier !

On leur a déjà dit, il faut qu’on leur redise
Ce sont des meurtriers ! Ce sont des meurtriers, compris ?

 

Ils viennent dans mon quartier et veulent tuer les jeunes
Maintenant ils sont habillés en costard cravate
Venant au tribunal pour raconter de gros mensonges
Ce sont des meurtriers

On leur a déjà dit, il faut qu’on leur redise
On leur a déjà dit, il faut qu’on leur redise

Car ils font les beaux dans leur Jeep, ils veulent me casser les dents
Ils viennent habillé de rouge pour me mettre des coups de pieds à la tête
Ils viennent dans ma ruelle pour m’exploser la cervelle
Habillés de costard et de cravates
Ils veulent me priver de mes droits
Ce sont des meurtriers ! Ce sont des meurtriers

Regarde les, regarde les, regarde les,regarde les, regarde les venir
Ce sont des vampires ils te videront de ton sang
Regarde les, regarde les, regarde les, regarde les, regarde les venir
Ce sont des meurtriers

On leur a déjà dit, il faut qu’on le redise
On leur a déjà dit, il faut qu’on leur redise

Les gens qu’on aime pas on ne les garde pas comme amis
Les filles qu’on sent pas, on ne leur parle pas
Car ce sont des meurtriers ce sont des meurtriers
Habillés de costard et de cravates
Ils veulent me priver de mes droits
Car ils font les beaux dans leur Jeep, ils veulent me casser les dents
Ils viennent dans ma ruelle pour m’exploser la cervelle
Ils viennent habillés de noir, voulant m’envoyer à Dovecot
Ce sont des meurtriers

Meurtriers, meurtriers

Regarde les, regarde les, regarde les,regarde les, regarde les venir
Ce sont des vampires, ce sont des vampires

On leur a déjà dit, il faut qu’on leur redise
Les gens qu’on aime pas on ne les garde pas comme amis
Les filles qu’on sent pas, on ne leur parle pas
Car ce sont des meurtriers ce sont des meurtriers

Celui que Dieu bénit, nul ne maudit
Merci Jah Jah que je ne sois pas dans un corbillard
Ce sont des meurtriers, ils te suceront le sang

Regarde les, regarde les, regarde les,regarde les, regarde les venir
Ce sont des meurtriers

On leur a déjà dit, il faut qu’on leur redis
Si un mec est mauvais on est pas amis avec lui
Les filles qu’on sent pas, on leur parle pas
Car ce sont des meurtriers, ce sont des vampires
Ils te suceront le sang

Murderer

Notes de traduction:

-Dovecot est un des principaux cimetières de Kingston
-Dress up inna Red : les policiers portent des uniformes bleu noirs et rouges
-Jeep : voiture utilisé par les soldats

ENGLISH PATOIS :

Murderer ! Murderer !

Tell them already, we have to tell them again
Them a murderer! Them a murderer, seen ?

Them come inna my area want to kill off the youth
Now dress up inna jacket and them dress up inna tie
Come ah courthouse want to tell pure lies


Them a murderer

Tell them already, we have to tell them again
Tell them already, we have to tell them again

Cause them modeling inna them Jeep, want to kick out my teeth
Come inna them red want to lick off me head
Come into my lane want to fry out my brain
Them dress up inna jacket and them dress up inna tie
Want to deprive I-man from my rights
Them a murderer, Them a murderer

Watch them, watch them, watch them, watch them, watch them ah come
Them a vampire, they will suck out your blood
Watch them, watch them, watch them, watch them, watch them ah come


Them a murderer

Tell them already, we have to tell them again
Tell them already, we have to tell them again

Anyone we no like, we no keep them friend
Girls we no feel, we don’t chat to them
Cause them a murderer, them a murderer
Dress up inna jacket and dem dress up inna tie
Want to deprive I-man from my rights
Them modelling ina them Jeep want to kick out my teeth
Coming to my lane want to fry out my brain
Them dress up inna black, want to send me ah Dovecot


Them a murderer

Murderer ! Murderer !

Watch them, watch them, watch them, watch them, watch them ah come
Them a vampire, them a vampire

Tell them already, we have to tell them again


Anyone we no like, we no keep them friend
Girls with no feel, we don’t chat to them
Cause them a murderer, them a murderer

Who God bless, say no man curse
Thank you Jah Jah I don’t end up in a hearse
Them a murderer, they will suck out your blood

Watch them, watch them, watch them, watch them, watch them ah come


Them a murderer

Tell them already, we have to tell them again
Any boy weh wicked, we no keep them friend
Girls we no feel, we no chat to them
Cause them a murderer, them a vampire
They will suck out your blood

© Translation & Traduction JAMES DANINO

       Suite à l’indépendance les nouveaux partis politiques commencent dès leurs débuts à s’opposer dans des conflits dont la violence ne fait qu’empirer de décennie en décennie. Dès les années 70 les partis se du JLP (droite) et PNP (gauche) se font la guerre à coup d’armes à feu importés par ses partis ou bien échangées par des gangsters contre des kilos de ganja poussé localement. Le rapprochement du premier ministre Michael Manley avec le communiste cubain Fidel Castro ne fait que qu’empirer cette situation. Le monde est en pleine Guerre Froide et les gouvernements occidentaux voient d’un mauvais oeuil les penchants socialistes du gouvernement Jamaïcain et redouble d’efforts pour armer et soutenir le parti d’opposition de Edward Seaga. Ces efforts porteront leurs fruits et Seaga sera élu premier ministre, mais pour autant la violence ne cesse pas au contraire elle s’amplifie. Les années 80 voient une arrivée massive de cocaïne en Jamaïque car l’île est bien placée pour faire le transit entre les pays producteurs et les USA. C’est dans ce contexte que Barrington Levy compose ce texte qui deviendra un anthem mondial, qui décrit un peu le quotidien de cette violence qu’elle soit infligé par les mafieux en costumes ou les forces en uniformes …